Anne Vignot

Liste Besançon par nature (EELV, PS, PCF, G.s, ÀGc)
menée par Anne Vignot
Végétaliser les repas CCAS, scolaires et administratifs :
Mettre en place une alternative végétarienne quotidienne : OUI A LONG TERME
 
Proposer 2 repas végétariens par semaine pour tous : OUI
Nous proposerons rapidement la mise en place de 2 repas végétariens/semaine pour toutes et tous, engagement fort pour une transition alimentaire durable vers plus de protéines végétales, comme le demandent toutes les instances internationales, de la FAO aux grandes ONG, les climatologues et les scientifiques. Ceci nécessitera une implication et une adhésion de tous, parents, enfants, personnel de la ville et de l’éducation… Les contraintes techniques de la cuisine centrale de Besançon empêchent à court terme l’alternative quotidienne. En effet, la cuisine n’a actuellement qu’une seule chaîne de production, ce qui oblige à un seul menu quotidien. Nous prévoyons également la construction d’une légumerie, pour favoriser l’approvisionnement de la cuisine en production locale,végétale et bio.
Captivité animale
Maintenir l’engagement de la ville de Besançon, y compris sur le site de Micropolis, à refuser les cirques avec animaux sauvages : oui même si la préfecture a rejeté notre dernier arrêté ce qui implique un travail juridique à développer.
 
Proposer un plan d’action pour une sortie la plus rapide possible des animaux sauvages du zoo de la citadelle et leur transfert vers des refuges et sanctuaires : OUI
Nous mettrons dès 2020 cette question à l’ordre du jour, en installant un groupe de travail incluant scientifiques, techniciens, élus, associations, citoyens, direction de la Citadelle, muséum, pour réfléchir à la place des animaux dans ce lieu de culture et de tourisme, emblématique de Besançon. Sa vocation première est-elle la conservation d’espèces sauvages ex situ ? La réponse à cette question s’élaborera en réflexion et concertation avec tous les acteurs.
Animaux errants :
Débloquer un budget pour la stérilisation des chats errants, en convention et partenariat avec les associations compétentes sur ce sujet : OUI
 
Une réflexion, déjà engagée, se poursuivra avec associations et fondations pour aboutir à un partenariat concret en vue d’une opération de stérilisation à l’échelle de la ville. La question des chats errants pose de multiples aspects : éthiques, sociaux, citoyens ; l’impact sur la biodiversité des villes est également non négligeable. Nous réunirons les acteurs concernés par ce sujet, associations, CCAS, maisons de quartiers, vétérinaires… pour aboutir à un plus large projet que la stérilisation. Nous entamerons également une action de sensibilisation des habitants à la stérilisation et à l’abandon des chats domestiques.
Animaux sauvages et liminaires
Instaurer le dimanche sans chasse sur le territoire communal : NON
Tant que les prédateurs naturels sont absents, il n’est guère possible de limiter davantage les jours de non chasse à Besançon où, rappelons-le, la chasse est déjà interdite le mercredi après-midi, le vendredi toute la journée et le dimanche après-midi. Nous envisageons néanmoins une réflexion avec les chasseurs sur la pratique de leur activité à proximité des habitations, et plus généralement sur les règles de bonne conduite, éventuellement en leur faisant signer une Charte pour une cohabitation plus apaisée avec les habitants.
 
Utiliser des solutions non létales pour limiter la prolifération des animaux liminaires (actions de prévention, régulation par des méthodes alternatives : répulsifs, contraceptifs…) et pour « reconduire » les animaux visiteurs, sangliers, renards… : OUI
 
Nous privilégierons les actions préventives plutôt que curatives : dans les espaces urbains, maintenir un haut niveau de propreté afin d’éviter que les “indésirables” ne viennent s’alimenter des déchets, sensibiliser les habitants pour qu’ils arrêtent le nourrissage… Nous mettrons également en place des actions d’information et d’éducation à destination des citoyens, afin qu’une meilleure connaissance de l’animal et des enjeux environnementaux puisse aider à un comportement approprié et raisonnable de leur part.
Si une régulation des populations s’avère nécessaire, nous opterons pour des méthodes alternatives.
Autres propositions libres visant à réduire la souffrance des animaux
Nous créerons une délégation à la condition animale, qui engagera avec les associations, les citoyens et les scientifiques, une réflexion sur la place de l’animal en ville, qu’il soit domestique, errant, liminaire ou sauvage, pour aboutir à des objectifs éthiques, précis et concrets.